Recrutement : Le Maroc avance Ă  grand pas dans le secteur automobile

 


Recrutement :   Le Maroc avance à grand pas

dans le secteur automobile

Source : La lettre Portail d’information (Malika Moujahid / MAP)


Le hub régional de l’industrie automobile au Maroc se confirme doucement mais sûrement. Le constat fait aujourd’hui l’unanimité que le Royaume est devenu un géant régional de l’industrie automobile.

Avec des exportations qui ont atteint 19,5 milliards de dirhams en 2014, soit une augmentation de 52,7 pc par rapport à 2013, le Maroc s’est hissé au 1er rang des pays exportateurs de produits automobiles dans la région Afrique du Nord et Moyen-Orient.

A fin octobre 2015, les exportations du secteur automobile sont estimées à 39,7 millions de dirhams (MDH) contre 33,7 MDH durant la même période de l’année 2014, soit une hausse de 17,8 pc.

Le Royaume a connu au cours des dernières années un afflux des investissements de la part des grandes sociétés de l’industrie automobile, encouragés par une offre de valeur attractive et compétitive.

Qu’il s’agisse de la création d’un environnement attractif pour les constructeurs automobiles, de l’intégration en profondeur de la chaîne de valeur du secteur, de l’amélioration de l’efficience de la chaîne logistique ou encore du renforcement de l’expertise au niveau local, toutes les dispositions sont prises pour enraciner durablement l’activité automobile

Ainsi, il est prévu dans le cadre du Plan d’accélération industrielle (PAI), qui a fixé des objectifs ambitieux pour le secteur, de doubler la production automobile du Maroc pour atteindre 800.000 véhicules à l’horizon 2020 au lieu de 400.000 en 2014.

Le PAI prévoit également une amélioration de l’intégration locale du secteur qui devrait être portée de 45 pc en 2014 à 65 pc en 2020 et des emplois créés, qui passeraient de 73.000 en 2014 à 163.000 en 2020, soit 90.000 poste de travail supplémentaires à créer à l’horizon 2020 par le secteur.

Pour renforcer la dynamique de performance du secteur, le ministère de l’Industrie, du commerce, de l’investissement et de l’économie numérique a lancé des écosystèmes industriels.

Ces écosystèmes, qui concernent les filières du « câblage automobile », de l' « intérieur véhicules/ sièges », du « métal emboutissage » et des « batteries automobiles », visent à permettre d’ici 2020 de créer 56.500 nouveaux emplois, soit 63 pc des objectifs du secteur automobile (90.000), générer un chiffre d’affaires à l’export additionnel de plus de 24 milliards de dirhams et à augmenter le taux d’intégration locale de 20 points.

Avec la présence de plus de 230 entreprises fabricantes de pièces automobiles et d’une vingtaine de fournisseurs de renommée internationale opérant dans des activités à forte valeur ajoutée qui se sont installés pour la première fois au Maroc pour approvisionner l’usine de Renault, ainsi que les marchés internationaux, le Royaume est devenu plus visible sur la carte mondiale de production automobile, en tant que plateforme compétitive et attractive à l’international.

Installé au Maroc depuis février 2012, l’usine de Renault située à Melloussa près de Tanger et a fabriqué plus de 180.000 véhicules l’an dernier et 170 100 Sandero, Dokker ou Lodgy, les trois modèles assemblés dans l’usine, ont transité par le terminal Renault dédié du port de Tanger Med.

A cela s’ajoute aussi une part importante destinée à l’export des voitures produites (environ 60 000) à Casablanca par la Somaca, usine automobile historique du pays détenue à 80 pc par le groupe français.

Le projet du groupe PSA Peugeot-Citroën au Maroc, avec un investissement de 6 MMDH, est venu renforcer un secteur déjà en plein essor. Il s’agit d’un projet structurant qui ne manquera pas de contribuer à l’accélération de l’industrie automobile marocaine.

L’Usine Peugeot-Citroën, installée dans la zone franche de la région de Kenitra, prévoit de produire par an 200.000 véhicules et 200.000 moteurs et assurer 1 MMDH d’achats par an à l’horizon 2025.

Le projet va permettre la création de 4.500 emplois directs et 20.000 indirects dans les secteurs de la fourniture de composants et d’ingénierie. Il contribuera, à ce titre, au développement d’une filière Recherche et Développement, pour atteindre à terme 1.500 ingénieurs et techniciens supérieurs.

De même, le projet favorisera l’implantation de nouveaux équipementiers dans la région du Gharb et participera à faire émerger un nouveau pôle industriel régional d’excellence dans l’automobile.

Malika Moujahid / MAP